Des camions diesel aux camions électriques : la transition – Partie 2

06.04.2018

 

Dans notre article précédent, nous avons abordé le camion électrique d’Elon Musk, le Tesla Semi, qui sera bientôt disponible sur le marché et son intérêt en termes de coûts au sein de l’industrie du transport routier. La prouesse technologique qui consiste à parcourir 800 km consécutifs à pleine charge et le fait de convaincre les grands groupes de passer commande d’au moins 500 camions en amont aura à terme bien plus qu’un simple impact financier.

En effet, 75 % du fret européen et 70 % du fret américain étant transportés par la route, cet article étudie de quelle manière la nécessité juridique et la faisabilité infrastructurelle influenceront le passage des véhicules diesel aux véhicules électriques dans l’industrie du transport.

Partie 2 : Réglementations et infrastructures affectant les eTrucks

Réduction des émissions : la mort du diesel

Tandis que le coût agit sans aucun doute sur les investissements des entreprises, les réglementations juridiques requièrent tout autant d’attention. Depuis 2015, plus de 150 pays ont conclu l’accord de Paris, véritable pacte mondial, dont l’objectif est de réduire les émissions de CO2 et de gaz à effet de serre. En réponse, plusieurs grandes villes comme Madrid, Paris et Mexico ont même annoncé la future interdiction du diesel. La France et le Royaume-Uni ont par ailleurs annoncé l’interdiction de la vente des véhicules à énergie fossile à partir de 2040.

Le transport représente les deux tiers de la demande de pétrole de l’UE et les camions à eux seuls 9 % de la demande de pétrole mondiale. Cibler les véhicules énergivores semble donc être un moyen logique de diminuer les émissions et réaliser les objectifs fixés au niveau international. Une plus forte impulsion réglementaire exercée en direction des camions électriques en est évidemment le résultat.

Néanmoins, comme pour le prix du carburant, les États-Unis ont du retard en matière de réglementations environnementales concrètes, ce qui explique donc l’adoption plus lente de la technologie eTrucks. Les poids lourds, qui constituent la grande majorité des véhicules de transport et qui consomment deux à trois fois plus de carburant que les camions poids légers, devraient être les derniers à effectuer la transition vers l’électrique. Les réglementations devront donc être étendues davantage afin de promouvoir la sortie du diesel à l’échelle internationale.

Toutefois, le passage aux eTrucks pourrait remplacer 3,5 millions de barils de pétrole par jour d’ici 2050, soit 40 % de la demande de diesel actuelle pour les camions. Une réglementation plus forte et plus étendue permettrait donc de donner une impulsion appréciée en faveur des eTrucks.

Faisabilité infrastructurelle : charger l’eTruck

Intégrer des camions électriques dans votre flotte pour réduire les coûts, répondre aux exigences juridiques et réduire la pollution, voilà autant d’intentions louables avant de se retrouver en panne à 80 km de la station de charge la plus proche. En effet, le facteur retardant sans doute le plus la transition vers l’électrique est le manque d’infrastructures adaptées sur l’ensemble du réseau autoroutier mondial.

Cependant, tous ceux qui attendaient l’avenir électrique avec impatience ont de quoi se réjouir dès aujourd’hui : des solutions en matière d’infrastructure sont en cours de développement. Tandis que le manque de stations de charge requiert des batteries plus puissantes et donc des frais plus importants, Tesla serait en pourparlers avec ses clients eTrucks pour installer des stations « Megacharger » dans des lieux stratégiques. Ceci devrait donner une impulsion en faveur de l’eTruck : plus Tesla vend et adapte de camions électriques, plus les stations de charge externes apparaîtront sur les aires d’autoroute, dans les entrepôts et à l’extérieur des centres de distribution. En outre, l’éventuelle introduction de la charge intra-journalière permettrait de créer des batteries plus petites et des processus de charge plus fiables, ce qui inciterait les plus sceptiques à investir dans des flottes électriques.

Les camions électriques : ils arrivent !

La question n’est plus de savoir si leur arrivée sur le marché pourrait se concrétiser mais bien quand. Les camions électriques offrent un fort potentiel de réduction des coûts et de la pollution, à des prix comparables à ceux des camions diesel. Leur adoption est donc inéluctable. La rapidité de cette adoption reste quant à elle plus aléatoire. Tandis que le produit de Tesla sera lancé en 2019, il faudra attendre encore quatre ans avant de savoir si ses prévisions de production et de vente de 100 000 eTrucks par an d’ici 2023 se seront réalisées ou non.