Quel est l'impact de la pénurie de chauffeurs pour le secteur du TRM ?

Le transport de marchandises souffre d'une pénurie de chauffeurs depuis de nombreuses années. Cependant, les récents événements qui se sont produits sur la scène internationale, tels que le Brexit et, surtout, la pandémie de COVID-19, ont soulevé des inquiétudes quant à ce défi dans le secteur de la logistique.

L'Union internationale des transports routiers (IRU) a révélé dans un récent rapport que rien qu'en 2020, les offres de chauffeurs routiers en Europe ont chuté de trois quarts, passant de 24 % à 7 %. Ces chiffres se présentent à un moment critique de forte hausse de la demande. En effet, la pénurie de camionneurs en Europe est estimée à plus de 400 000 chauffeurs.

Avec le Black Friday et Noël, en plus de la relance déjà consolidée du commerce électronique, la situation conduit à une hausse des prix dans le secteur, une tendance observée depuis un certain temps, avec un niveau record atteint au troisième trimestre 2021.

 

Le Royaume-Uni souffre déjà des conséquences du Brexit

S'il y a bien un aspect qui est particulièrement inquiétant, c'est que ce manque de capacité logistique dans le transport routier est devenu monnaie courante. De nombreux supermarchés britanniques affichent de plus en plus de rayons vides, le Royaume-Uni étant le pays le plus touché par la pénurie de chauffeurs routiers. La situation est telle que le gouvernement britannique se tourne désormais vers l'armée pour assurer le transport et la fourniture de certains produits.

Le Brexit a des conséquences bien plus lourdes outre-Manche. Si l'Europe continentale est bel et bien confrontée à des difficultés en la matière, qu'en est-il d'un marché où, en raison de sa sortie du marché unique, le nombre de citoyens de l'UE conduisant des poids lourds a chuté, passant de 42 000 à 28 000 chauffeurs en seulement quelques mois ?

Une pénurie de chauffeurs qui touche tous les marchés

Comme nous l'avons indiqué au début de cet article, ce problème n'est pas exclusif au Royaume-Uni. Selon le rapport de l'IRU, la pénurie de chauffeurs routiers en Espagne pourrait atteindre 10,2 % de postes vacants en 2021, contre 7 % en 2020. En France, entre 40 000 et 50 000 chauffeurs de poids lourds manquent à l'appel, tandis qu'en Allemagne, ce chiffre s'élève à 65 000. Du côté des superpuissances mondiales comme les États-Unis, la situation est similaire. Selon l'American Trucking Association (ATA), le secteur du transport routier affiche un déficit de 80 000 chauffeurs, soit une augmentation de 30 % depuis l'époque pré-pandémie, alors que le secteur était déjà confronté à une pénurie de 61 500 chauffeurs.

Pourquoi y a-t-il si peu de chauffeurs routiers ?

Pour identifier l'origine du problème, revenons au rapport de l'IRU. Une information attire tout particulièrement l'attention, à savoir que seulement 7 % des chauffeurs routiers ont moins de 25 ans. L'âge moyen est supérieur à cinquante ans et seulement un conducteur sur quatre se trouve dans une tranche d'âge inférieure.

Cependant, la principale cause de ce déclin est le manque d'expérience de conduite de camions : en effet, conduire ce type de véhicule requiert des exigences qui ont un coût, que tout le monde n'est pas prêt à payer. Dans des pays tels que l'Espagne, par exemple, les chauffeurs doivent disposer d'un certificat d'aptitude professionnelle ou CAP afin de circuler sur les routes du pays. Pour décrocher ce certificat, les candidats doivent suivre une formation puis passer un examen.

Ces prérequis s'ajoutent à la baisse de popularité de la profession et à l'image peu flatteuse qu'elle renvoie dans la société, ce qui la rend peu attractive aux yeux des jeunes. Être chauffeur de camion implique énormément de sacrifices, notamment sur la vie sociale ou familiale et les loisirs, et de passer de longues périodes loin de chez soi. N'oublions pas non plus les conditions de travail propres au secteur logistique, avec des salaires bas, l'insécurité routière et des revendications de longue date qui restent d'actualité, comme l'interdiction, pour le conducteur, de charger et décharger le véhicule en cas de chargement complet.

Que pouvons-nous faire pour pallier le manque de chauffeurs dans le secteur du transport routier ?

La solution serait de satisfaire aux exigences susmentionnées. Sur le plan de la formation, inclure une formation professionnelle spécifique est considéré comme une nécessité, afin de faciliter l'arrivée de nouveaux étudiants et, par conséquent, de futurs professionnels.

D'autres pistes sont également à explorer :

  • revalorisation des conditions de travail ;
  • développement des aires de repos ;
  • hausse de la prévention contre le vol ;
  • aide en cas d'augmentation des prix de l'essence ou de l'électricité ;
  • revalorisation des salaires.

Ces problèmes ne peuvent être résolus à court terme, mais doivent être pris en compte dans les mesures à adopter dans un futur proche, afin que le secteur continue à évoluer dans le bon sens.

Logo
News Detail Image