Comment le secteur du TRM en Europe fait-il face aux défis apportés par le Brexit

Comment le secteur du TRM en Europe fait-il face aux défis apportés par le Brexit

Le Brexit a amené toute une série de changements dans le panorama européen, le transport étant une question essentielle mais délicate. Les entreprises de transport envisagent de réduire leur activité avec le Royaume-Uni en raison d'un manque d'informations. Le 24 décembre, l'Union européenne et le Royaume-Uni ont conclu un accord conforme à l'Accord de commerce et de coopération qui régira les relations entre les deux parties lorsque la Grande-Bretagne ne fera plus partie de l'UE.

L'impact du Brexit et de la pandémie sur les nouvelles réglementations

Grâce à l'Accord de commerce et de coopération conclu entre les deux parties, les entreprises de transport routier peuvent poursuivre leurs activités tant qu'elles assurent un service de point à point. En d'autres termes, les camions britanniques peuvent arriver dans l'UE et en repartir, même s'ils ne sont pas chargés, et vice versa, sans frais supplémentaires.

En outre, le cabotage est autorisé pour les camions des deux côtés, avec un nombre maximum de deux opérations sur le territoire de l'autre partie après le passage de la frontière. Le droit de transit est également garanti à travers le territoire de l'autre partie vers des pays tiers ou vers d'autres parties de leur propre territoire. Un "pont terrestre" est prévu pour permettre des liens logistiques entre l'Irlande et le reste de l'UE via le Royaume-Uni.

Toutefois, en dépit de cet accord, la création de nouvelles frontières génère des problèmes et des doutes. La situation de pandémie que nous connaissons n'aide pas non plus. De nombreux pays ont en effet mis en place des contrôles de sécurité supplémentaires pour empêcher la propagation des nouveaux variants. Des pays comme l'Allemagne, par exemple, exigent des transporteurs des tests Covid-19 négatifs, ce qui débouche sur des situations d'effondrement comme celle vécue précisément dans la Manche en début d'année.

Enquête du groupe Alpega sur les tendances du transport et de la logistique en 2021

Dans la foulée, le Groupe Alpega a analysé la question susmentionnée par le biais d'une macro-enquête auprès des entreprises de transport au niveau européen. Dans cette enquête, parmi d'autres aspects liés aux tendances de la logistique et du transport en 2021, nous avons demandé quel serait l'impact du Brexit sur le secteur.

Les résultats de l'enquête traduisent une certaine incertitude. Sur une échelle de 1 à 10, le niveau d'optimisme des entreprises de transport concernant l'avenir des relations commerciales entre l'Union européenne et le Royaume-Uni est de 5. La pertinence de ce score est soulignée par le fait que 40% des répondants considèrent que le Brexit a "beaucoup affecté leur entreprise".

Sans surprise, quelque 50% de ces professionnels du transport estiment que leur activité avec le Royaume-Uni sera touchée dans les prochains mois et que, par conséquent, elle diminuera. Parmi les principales raisons, on trouve à 40% le manque d'information et l'impression que cette nouvelle réalité implique trop de paperasse et de bureaucratie ; 86% des répondants considèrent que c'est le cas. Toutes ces préoccupations s’ajoutent à la complexité des formalités douanières déjà lourdes qui constituent sans aucun doute un casse-tête pour les professionnels du transport.

Solutions de Customs Support qui aident les entreprises à faire face à la bureaucratie du Brexit

Dans certains cas, toutes ces procédures peuvent prendre des heures, voire des jours. Parfois, elles obligent même les transporteurs à rentrer chez eux sans avoir accompli leur mission. Taxes, certificats d'origine, déclarations : dans de nombreux cas, les agents en douane et les gestionnaires spécialisés sont noyés sous les demandes. Certaines entreprises ont identifié un créneau commercial et se sont spécialisées dans ces nouvelles procédures, en prodiguant aux professionnels du transport des conseils en la matière. Dans tous les cas, la situation sera ajustée avec une normalisation progressive. Tous ces mécanismes qui permettent la sortie du Royaume-Uni du Marché commun pourront ainsi se dérouler de manière normale.

Face à cette situation, certaines entreprises ont décidé d'intégrer à leurs services un service de conseil exclusif sur les nouvelles formalités administratives résultant du Brexit. C'est le cas de Custom Support Group (CGS) et de sa suite de solutions numériques pour la gestion douanière. CGS fournit des services de conseil en matière de douane, de dédouanement à l'importation et à l'exportation, de procédures de transit et de représentation fiscale. A propos de ces services, Martijn Rijk, marketing manager chez CSG, nous explique : « Notre Service Douanier prépare le Brexit depuis 4 ans et aujourd´hui, nous sommes en mesure d´aider les transporteurs et les chargeurs à garantir des liaisons avec le Royaume-Uni sans délai et sans complexité administrative.»

Logo
News Detail Image