Les aires de service européennes et les effets de la seconde vague COVID-19 pour le secteur des transports

Les aires de service européennes et les effets de la seconde vague COVID-19 pour le secteur des transports

La deuxième vague Covid-19 a déjà commencé en Europe. Selon l’évolution de la pandémie, la plupart des pays du continent appliquent des restrictions et des mesures de confinement afin de tenter de ralentir la progression du virus. Une situation qui, bien que différente du premier confinement, nous ramène au début de l’année et aux moments les plus difficiles de la pandémie pour le secteur des transports et de la logistique.

Si vous souhaitez savoir comment la première phase de la pandémie a affecté le secteur des transports, vous trouverez ici notre article de blog dédié aux conséquences de la première vague sur le secteur des transports.

Dans cette optique, les transporteurs professionnels se demandent s’ils vont, cette fois encore, avoir du mal à effectuer leur travail. Cela a été le cas voici quelques mois, et à l’époque, les transporteurs nous ont eux-même fait part des difficultés qu’ils devaient affronter. Ils ont rencontré des aires de services fermées et se sont retrouvés sans accès aux installations de restauration et sanitaires.

Existe-t-il une réglementation européenne pour le secteur des transports ?

Actuellement, il n’existe aucune réglementation commune pour le secteur des transports ; les mesures sont différentes dans chaque pays. En fait, les chauffeurs se retrouvent dans l´incertitude, surtout ceux qui transportent des marchandises sur de longues distances et qui passent leur semaine sur la route. En fait, depuis que certaines des restrictions ont commencé à être mises en œuvre dans les différents pays, des centaines d’établissements routiers ont fermé, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des aires de service. Il est à craindre que les mesures de restriction de la mobilité oublient les professionnels du transport, un secteur qui s’est pourtant avéré fondamental durant la première partie de la pandémie.

Des associations telles que l’European Transport Workers’ Federation (ETF) se sont déjà constituées pour éviter que de telles situations ne se reproduisent. Elles ont envoyé aux États membres de l’UE une lettre ouverte pour leur demander de ne pas fermer les restaurants, les cafétérias et les installations sanitaires dans les aires de service du continent.

Comment les stations-service autoroutières seront-elles affectées dans les plus grands pays européens ?

La France, un des pays clés du transport continental compte tenu de sa situation géographique, applique un confinement généralisé. Après avoir rencontré des organisations syndicales et patronales du secteur, la direction générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer et le conseiller social du ministère des Transports ont décrété que les stations-service françaises devaient rester ouvertes, ainsi que leurs toilettes. De même, le réseau autoroutier APRR s’est engagé à fournir des repas chauds au moins pendant la nuit aux professionnels du transport.

En Allemagne, où un confinement presque total a également été décrété, la situation est assez similaire pour les professionnels du transport. Les installations sanitaires de base resteront ouvertes, mais la restauration sera fermée. La seule façon autorisée pour les chauffeurs d’obtenir de la nourriture sera sous la forme de plats à emporter, qui continueront à être servis par la plupart des restaurants le long des autoroutes.

Dans des pays comme l’Espagne, où ce sont les gouvernements régionaux qui appliquent leurs mesures restrictives, on assiste à une situation très différente. Par exemple, dans la Communauté de Madrid, il a été décidé que tous les restaurants resteront ouverts en respectant les limites de capacité. Il n’en va pas de même dans d’autres régions telles que la Navarre ou la Catalogne, où seuls les plats à emporter sont autorisés. Un exemple dans la région de la Catalogne : la station OnTurtle à La Jonquera continue à assurer des services essentiels pour le transporteur tels que toilettes, douches (de 8 à 22 heures), une laverie (24 heures) ou un supermarché (ouvert de 8 à 22 heures). Son parking pour camions continue à fonctionner, avec un accès 24 heures sur 24. D’autre part, en attendant de pouvoir rouvrir ses portes et reprendre son activité normale, le restaurant propose des plats à emporter.

Perspectives pour les professionnels du transport et disponibilité des stations-service d’autoroute

En résumé, les professionnels du transport ont eu bien du mal à trouver des aires de service pour répondre à leurs besoins de base. Certains pays d’Europe ont heureusement confirmé que cette fois, la situation sera moins contraignante et que les transporteurs trouveront de quoi satisfaire ces besoins fondamentaux. Au début, il peut sembler stressant de voir que les pays se confinent à nouveau et que nous revenons à la situation que nous avons connue durant les premiers mois de l’année. Le côté positif est que nous disposons aujourd’hui d’une expérience supplémentaire qui devrait nous permettre de rendre cette deuxième vague moins dure et plus courte que la précédente.

Logo
News Detail Image